Malady NELSON

Solo tout public à partir de 8 ans [création 2022]
version complète 45′ / version numéro 15′

D’abord elle se demande ce qu’elle fait là, et pourquoi cet espace vide. Alors, c’est sa pathologie la plus évidente qui entre en scène : L’interventionnisme.

Mais les suivantes ne tarderont pas à se montrer.
Quand chaque solution est un problème, Malady Nelson raisonne, résonne? Tout ça dans le microphone. Mais lorsque sonne enfin le piano, tout s’éclaire, et du haut de sa posture cousue d’ombre et de lumière, vous verrez vraiment tout ce qu’elle sait faire.

Aussi ce qu’elle ne sait même pas, car cela ne s’arrêtera pas. Sauf peut être avec le mot de la fin, absolument caché dans l’œuvre de Lucien.

Un solo clown librement inspiré par le répertoire de Lucien Ginsburg alias Serge Gainsbourg qui aurait dit : « La connerie c’est la décontraction de l’intelligence »

Mais que sait-elle de l’Univers de son auteur apparemment favori ?
Qu’a-t-elle retenu de son œuvre ? A-t-elle un but précis ? Une chose est sûre, elle profite de l’espace qu’on veut bien lui laisser, elle saisit justement et simplement cette opportunité-là, s’y engouffre, s’y déploie. Malady Nelson va tout droit.

La Maladie… sa maladie ? Son état d’être au monde, inadapté bien sûr. Mais alors, la maladie serait l’ombre et la lumière la bonne santé ?
Malady remet en question et par sa seule essence cette drôle d’idée reçue…

La vérité est forcément ailleurs. Et son point commun avec Lucien, c’est sûrement bien celui-là : se trouver tellement au milieu là, quelque part.

A vous de voir

Mise en scène Facundo DIAB, co-écriture Mélanie ARNAUD
et avec la participation de Marion FONTANA en regard extérieur.